🎭 Expressions démasquées, le podcast ! : « ne pas être sorti de l'auberge »

Bonjour les amis !

Nous continuons avec les podcasts : nous trouvons que c'est une bonne manière de vous présenter la langue française et de vous révéler ses petits secrets !

Voici notre chaîne : https://anchor.fm/les-machin

Vous pouvez y Ă©couter nos podcasts gratuitement et sans inscription.

L'Ă©pisode du jour concerne l'expression "ne pas ĂŞtre sorti de l'auberge" !

Voici le lien pour l'Ă©couter : https://anchor.fm/les-machin/episodes/Expressions-dmasques--le-podcast-----ne-pas-tre-sorti-de-lauberge-epo3q9

đź“ť Vous trouverez ci-dessous la transcription Ă©crite du podcast avec la traduction en anglais du vocabulaire important !

*   *   *

Bonjour les amis !

Elles sont bizarres, les expressions françaises, vous ne trouvez pas ? Pas toutes, mais beaucoup quand même ! On ne voit pas toujours le lien entre les mots et le sens de l’expression et on se demande pourquoi c’est comme ça... Vous avez de la chance, car je vais donc vous expliquer tout ça !

Aujourd’hui, c’est un podcast un peu plus long que d’habitude, alors asseyez-vous confortablement.

“ne pas être sorti de l’auberge”, c’est une expression qui signifie que les ennuis, les problèmes ne sont pas terminés.  Et que souvent ces problèmes sont nombreux et s’accumulent. On peut aussi utiliser cette expression lorsqu’on a beaucoup de travail, de choses à faire et qu’il paraît difficile d’en voir la fin.

Par exemple : “Ma voiture vient de tomber en panne et évidemment j’ai oublié mon portable et mon portefeuille à la maison... Alors là, je ne suis pas sorti de l’auberge ! Comment vais-je faire pour rentrer chez moi ? Et que faire pour la voiture ? Oh là là, pfff...”

Alors déjà, une auberge, c’est quoi ? Autrefois, c’était une maison où on pouvait se loger et manger en payant. De nos jours, on pourrait la rapprocher plus généralement d’un restaurant, d’un hôtel, voire même d’un bar. 

A priori, ce n’est pas un endroit désagréable. On a plutôt envie de rester dans une auberge, pas d’en sortir ! On peut y manger, boire et s’y reposer, c’est bien ! Mais alors, pourquoi cette expression “ne pas être sorti de l’auberge” ? Car dans cette expression, l’auberge semble se rapporter à quelque chose de négatif : tant qu’on y est dans cette auberge, c’est qu’il y a des problèmes... Et quand on en sortira, c’est la fin des soucis !

On entend souvent que l’expression viendrait d’un horrible fait divers qui s’est passé au XIXe siècle, dans une auberge française. Cette auberge, c’est l’auberge de Peyrebeille, appelée aussi l’Auberge Rouge. Marie Martin et Pierre Martin sont les propriétaires de l’auberge et sont aidés de leur domestique Jean Rochette. Le commerce va bien, ils s’enrichissent et ça se voit, ils ne le cachent pas. Dans la région, une rumeur commence à apparaître. Mais d’où ont-ils tout cet argent ? Le voisinage trouve ça suspect... 

En 1831, un riche paysan local disparaît après avoir logé à l’auberge. Il est retrouvé mort dans la campagne, pas très loin de l’auberge. Était-ce un accident ou bien un meurtre ? Ce n’est pas clair. Cependant, la rumeur désigne vite les coupables : Pierre et Marie Martin, ainsi que leur domestique : la rumeur va les accuser d’une cinquantaine de disparitions, de meurtres et même de cannibalisme. Ils auraient tué des clients afin de voler leur argent. La justice va s’emparer de l’affaire et, sous la pression populaire, elle va rapidement condamner les aubergistes et leur valet à être guillotinés.

Il n’y avait pas vraiment de preuves sérieuses quant à leur culpabilité, plutôt des soupçons et l’enquête a été bâclée... On ne sait donc pas trop si cette auberge a été au cœur d’une abominable série d’assassinats ou pas. En tout cas, sortir d’une telle auberge semble être une bonne, une très bonne chose ! 

Sauf que... Sauf que cette théorie de l’auberge de Peyrebeille, bien que populaire, paraît inexacte. En effet, l’origine de l’expression « ne pas être sorti de l’auberge » serait plus ancienne, elle remonterait au XVe siècle. Dans l’argot des prisonniers, la prison était aussi appelée l’auberge. En prison, les prisonniers étaient logés et nourris, mais ne pouvaient pas en sortir comme ça. Une fois placés en prison, ils n’étaient donc pas sortis de l’auberge ! Et oui !

Pour vous donner encore un exemple, en ces temps de pandémie, de crise économique et d’incertitudes, on peut justement dire que nous ne sommes pas sortis de l’auberge. Mais espérons quand même que tout va vite s’améliorer !

Et si vous passez en France, sachez que le concept d’auberge est un peu dépassé.  Maintenant, vous pouvez plutôt trouver des restaurants, des hôtels et aussi... des auberges de jeunesse. Une auberge de jeunesse, c’est un endroit où vous pouvez louer un lit à bas prix.

Au passage, un petit conseil : si vous voyez sur un bâtiment écrit “hôtel de ville”, ce n’est pas un hôtel : vous ne pourrez pas y dormir, surtout ne leur demandez pas une chambre ! L’hôtel de ville’, c’est la mairie, c’est le bâtiment administratif de la ville ! Et pareil pour "l'hôtel de police”, vous vous en doutez : il n’y aura pas de chambre pour vous dans ce qui est le bâtiment administratif de la police !

Et voilà ! C’est tout pour aujourd’hui ! Maintenant, nous allons nous intéresser au vocabulaire présent dans cette émission. Pour cela, je vous invite à aller sur le site www.lesmachin.com : vous y trouverez la transcription par écrit de ce podcast ainsi que des traductions en anglais.

Je vous laisse y aller. C’est fait ? Très bien ! Voyons à présent le vocabulaire !

 

L’auberge : inn, hostel

« Les voyageurs ont décidé de s’arrêter dans une auberge pour manger. »

Trouver : to find, to consider, to think. C’est un verbe couramment utilisé.

« Je trouve que la soupe manque un peu de sel ! »

Le lien : link, connection

« L'inspecteur pense qu'il y a un lien entre ces deux affaires. »

Les ennuis : troubles, problems, worries. On peut aussi parler de problèmes, de soucis.

« Tu vas t’attirer des ennuis si tu fréquentes trop ce type. Je le connais, il est malhonnête ! »

S’accumuler : to pile up, to accumulate.

« Les papiers s’accumulent sur ton bureau, tu devrais les trier. »

Tomber en panne : to break down

« Le four est tombé en panne, je ne peux pas faire de gâteau ce matin !

Un portefeuille : a wallet, a purse

« Je crois que j’ai laissé mon portefeuille dans le salon. Tu l’as vu, peut-être ? »

Autrefois : once, in the past. C’est un synonyme de « jadis ».

« Autrefois, les voyages duraient beaucoup plus longtemps : les avions n’existaient pas ! »

Se loger : to lodge. C’est dans le sens de trouver une habitation, que ce soit pour une nuit ou pour une longue durée.

« C’est difficile de trouver à se loger dans cette ville, les prix sont très élevés. »

Rapprocher : to compare with. A également le sens de « mettre plus proche ». Attention à ne pas le confondre avec le verbe « reprocher » (to reproach).

« Rapproche ta chaise, je vais te montrer mes photos de vacances ! »

Voire : even

Attention à ne pas confondre ce mot avec le verbe « voir » !

« On a souvent comparé cet artiste à Monet, voire même à Van Gogh. »

Se reposer : to rest.  « Ce week-end, j’ai prévu de me reposer ! »

se rapporter à : to be related to. Un synonyme : se référer à

« Dans une phrase, le sujet se rapporte au verbe. »

Un fait divers : news item. C’est tout ce qui concerne les faits moins importants de l’actualité.

« Dans les faits divers d’aujourd’hui, il y a par exemple un canard qui a attaqué un promeneur au bord du lac. »

Un domestique : a servant.

« Cette personne est très riche, il paraît qu’elle a plusieurs domestiques. »

S’enrichir : to get rich. « Ils se sont enrichis en achetant et en revendant des maisons. »

Le voisinage : neighbourhood. « Le voisinage est très calme, par ici, c’est agréable. »

Désigner : to show, to point out

« Ce joueur a été désigné comme étant le « meilleur joueur du match ».

Un coupable : a culprit

« Le coupable a été condamné à de nombreuses années de prison. »

Une cinquantaine : about fifty, fifty or so

« J’ai reçu une cinquantaine d’e-mails aujourd’hui, j’ai beaucoup de travail ! »

Un meurtre : a murder. On peut aussi parler d’assassinat.

« Cette affaire de meurtre a passionné la population pendant des mois. »

S’emparer de : to seize, to get hold of

« Suite à la révélation de cette fraude massive,  le service des impôts s’est emparé de l’affaire. »

L'affaire : the case.

« Cette affaire a fait la une des journaux pendant une semaine ! »

Une preuve : a proof.

« L’inspecteur a trouvé la preuve de la culpabilité du maire de la ville. »

Un soupçon : suspicion.

« Son comportement étrange a éveillé les soupçons de la police. »

Une enquête : investigation.

« L’enquête a montré que c’est un chien qui volait les chaussures dans tout le voisinage ! »

Bâclé : sloppy, rushed.

« Je suis perfectionniste, je n’aime pas faire du travail bâclé ! »

Remonter à : to date back to

« La dernière fois que j’ai mangé des épinards, ça remonte à longtemps ! »

Dépassé : outdated

« C’est complétement dépassé d’utiliser un magnétoscope ! »

Louer : to rent. Le nom qui se rapporte à ce verbe : la location.

« Je vais louer un appartement pour tout l’été. »

À bas prix : cheap, at low prices. « Sur ce marché, tu peux trouver des objets à bas prix. »

La mairie : town hall, city hall

« Tu as contacté la mairie pour le permis de construire ? »

Pareil : likewise. Synonyme de « aussi », de « la même chose »

« Tu as faim ? - Oui ! - Moi, pareil ! On s’achète un sandwich ? »

 

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Sur ce, je vous remercie et vous dis à très bientôt pour une prochaine expression démasquée !

Laisser un commentaire